English | Contact | Presse
Accueil du site > Expositions > Les archives > Minuscules, l’univers ludique des poupées de poche

 Minuscules, l'univers ludique des poupées de poche

EXPOSITION : 23 septembre 2014 - 24 janvier 2015

A l’occasion des 20 ans du musée, deux expositions sont proposées : "Minuscules, l’univers ludique des poupées de poches" et "Boules à neige".



Par cette nouvelle exposition, l’équipe du musée met sous les projecteurs l’univers ludique des « minuscules ». Il s’agit des poupées de poche qui, depuis le dernier quart du XIX siècle, règnent sur un microcosme idéalisé composé de maisons, pièces, meubles, décors, vêtements et autres brimborions qui les rendent aujourd’hui des objets fascinants et hautement collectionnés.

Mignonnette Simon & Halbig, circa 1884 (18cm)

Les poupées de poche sont apparues sur le marché occidental vers 1876, en même temps que les premiers bébés articulés. Les modèles les plus recherchés sont entièrement en biscuit (porcelaine mâte comportant deux phases de cuisson), alors que des spécimens moins coûteux étaient réalisés avec un corps semi-articulé en composition. De facture essentiellement française et allemande, ces poupées de petite taille,qui tenaient donc dans une poche,devinrent les jouets par excellence des enfants des générations entre la guerre de 1870 et la guerre de 1914.

JPEG - 93.5 ko
Mignonnette française (13 cm), vêtement de style, coffret ancien


D’abord on les appela « poupées miniature », un certain Fernand Sustrac déposa un brevet en 1877 pour la fabrication de poupées tout articulées de 14cm, dont les coudes et parfois les genoux avaient une articulation à boules.

JPEG - 48.6 ko
Mignonnette d’après le brevet Sustrac, vers 1877 (14 cm)


En 1879, des « poupées de poche » figuraient aux catalogues des grands magasins parisiens, elles provenaient de chez Gaultier, Jullien ou Schmitt, entre autres.

JPEG - 53.3 ko
Mignonnette Simon & Halbig
JPEG - 68.8 ko
Mignonnette française en costume de Jeanne d’Arc (11 cm)


En août 1878 La Poupée Modèle lança une poupée de poche qu’elle baptisera, en février 1880, « Mignonnette ». Jusqu’en 1917, cette poupée miniature fut distribuée par le magazine enfantin avec un pic de popularité au début du XX siècle.

JPEG - 84.5 ko
La Poupée Modèle, 1892
JPEG - 59.7 ko
Mignonnette de La Poupée Modèle, trousseau d’origine d’après les impressions sur étoffe, vers 1895/1905 (13 cm)
JPEG - 68.4 ko
Impression sur étoffe


Au catalogue de la Société Française de fabrication de Bébés et Jouets (SFBJ) de 1912 figurait une collection extraordinaire de « Lilliputiens », des poupées tout en biscuit hautes de 6 cm vêtues de costumes historiques, folkloriques ou de carnaval.

JPEG - 76.6 ko
Liliputiens SFBJ (6 cm) 1912
JPEG - 28.4 ko
Boîte Au Nain Bleu, 1912


D’Allemagne, provenaient les « minuscules » de 3 à 3,5 cm, fabriquées par Carl Horn, et reconnaissables à leurs costumes réalisés entièrement au tricot.

JPEG - 116 ko
Minuscules Carl Horn , entre 2 guerres (3 à 3,5 cm)


En France, le principal fabricant de poupées en miniature était le porcelainier François Gaultier, en activité jusqu’à la fin du XIX siècle.

Son principal concurrent allemand était la firme Simon & Halbig qui régna en maitre sur le marché occidental après l’arrêt de la production Gaultier en 1899. Les mignonnettes de facture Simon & Halbig ont connu une plus large diffusion que celles de la marque Gaultier, ce qui explique qu’on en trouve souvent en France.

JPEG - 91.6 ko
Mignonnette Simon & Halbig, vers 1885 (15 cm)
JPEG - 85.2 ko
Mignonnettes françaises et leur trousseau, 1879 (13 cm)


Cette exposition met en évidence le mode de divertissement qui caractérise ce type de jouet. Autour de ces personnages miniaturisés, une multitude d’objets à leur échelle peut être réunie : garde-robes, meubles, accessoires, décors, pièces et maisons… Il ne s’agit donc pas d’une simple poupée parmi d’autres mais d’un univers global, qui reflète le quotidien de l ’époque victorienne.

JPEG - 72.8 ko
Mignonnettes Simon & Halbig, pièce meublée d’origine, vers 1890


En complément des très nombreux objets de cette catégorie présentés dans les salles permanentes du musée, d’autres mignonnettes et leur environnement seront sortis des réserves pour montrer le degré de raffinement de ces jouets que l’on pouvait acheter tout faits dans des boutiques spécialisées telles que Au Nain Bleu, Au Paradis des Enfants… ou commander à des revues spécialisées telles que La Poupée Modèle. C’est d’ailleurs par ce magazine enfantin que le terme « mignonnette » a été vulgarisé jusqu’à devenir, aujourd’hui, un terme générique qui définit cette catégorie de poupée de petite taille.

Il est intéressant de remarquer que plusieurs démarches différentes peuvent être observées chez les collectionneurs de « minuscules ». Les puristes ne s’intéressent qu’aux mignonnettes anciennes entourées d’objets anciens. Les bricoleurs se plaisent à construire des univers à l’échelle de leurs poupées,dans un joyeux mélange d’objets anciens et récents. Enfin, ceux qui ont le goût de la couture, confectionnent des trousseaux aussi bien pour leurs poupées anciennes que pour des mignonnettes en reproduction.

JPEG - 76.7 ko
le magasin de jouets
JPEG - 50.9 ko
Mignonnette asiatique


Au delà de l’intérêt historique et technique, l’univers des minuscules s’impose aujourd’hui par la fascination qu’elle exerce sur les petits et les grands. Chacun peut apprécier le raffinement de ces jouets délicieusement détaillés à une échelle si réduite, rêver devant des maisons de poupées de l’époque Victorienne, admirer la richesse des trousseaux de ces petites demoiselles…

Le Musée propose, en corollaire de l’exposition :

des animations pour les enfants et les adultes

une offre ciblée d’articles anciens et modernes ainsi que de documentation, fournitures et patrons pour les amateurs de poupées de très petite taille.

Une publication par Agathe Philip sur les mignonnettes de facture Simon & Halbig présentées dans cette exposition paraitra également à cette occasion.



Les archives Le Pari des Poupées Stars d’Hollywood en poupées Héros de l’ORTF - la télévision française en jouets des années ’60 aux années ’80 Bécassine dévoile les Trésors de Loulotte Minuscules, l’univers ludique des poupées de poche Boules à neige Barbie Rétro Chic Poupées de mode du Second Empire ETHNIES, Poupées, reflets des Peuples Baby-boom la suite, poupées françaises 1960-1979 Poupées ’Made in Italy’, 1880-1979 Jouets de garçons Images exquises Barbie® et Ken® jouent les stars de tous les temps Ken®, 50 ans d’un modèle masculin Baby-boom poupées françaises, 1946-1959 Les poupées Le Minor Le retour du Père Noël Nouvelles icônes, des poupées Pandores aux Sybarites Maisons de poupées, l’art de la miniature Rêve ta vie avec Barbie Par amour pour les poupées Poupées et jouets : l’éveil des 5 sens Les poupées des Petites Filles Modèles Les mille et une vies de Barbie Quel spectacle ! les arts du spectacle en poupées et jouets L’Europe des 25 en poupées régionales et folkloriques Boules de poils, le meilleur de la peluche française, 1876-2006 Dodo l’enfant do : poupons et baigneurs, 1855-2005 Arts ménagers pour poupées : la vie quotidienne en miniature Les poupées de La Semaine de Suzette fêtent leurs 100 ans Les poupées Raynal : 50 ans de luxe pour petites filles Barbie raconte 5000 ans d’histoire du costume Tendres doudous : poupées et animaux en tissu Personnages de contes : hommage à la création Poupees de poche : de Mignonnette à Polly Pocket

MUSÉE DE LA POUPÉE

IMPASSE BERTHAUD
75003 PARIS
Rambuteau

courrier : 28 rue Beaubourg

01 42 72 73 11

Plan d'accès
Horaires

Musée & Boutique

mardi > samedi : 13h > 18h
fermé, dimanche, lundi et jours fériés

Tarifs

Adulte : 8 €
Etudiant (12-25 ans) : 6 €
Chômeur : 6 €
Senior (+de 65 ans) : 6 €
Enfant (3-11 ans) : 4 €
Handicapé : 4 €


Contactez-nous




f t G izi
+ : Contact | Presse | Liens | Plan du site |
© MUSÉE DE LA POUPÉE IMPASSE BERTHAUD 75003 PARIS Rambuteau courrier : 28 rue Beaubourg 01 42 72 73 11

Mentions légales G izi