English | Contact | Presse
Accueil du site > Collections > Les archives des expositions - MUSÉE DÉFINITIVEMENT FERMÉ > Poupées ’Made in Italy’, 1880-1979

 Poupées 'Made in Italy', 1880-1979

Exposition du 24 mars au 22 septembre 2012 / Prolongation > 5 janvier 2013



"Poupées ’Made in Italy’" est une exposition bonus qui présente, du 24 mars au 5 janvier 2013, la production de poupées italiennes de 1880 à 1979.

Les poupées de fabrication italienne sont, comme leurs soeurs "made in France", hautement collectionnées de par le monde, de nos jours, au point que le Musée de la Poupée leur consacre une exposition "bonus" qui tend à montrer la qualité, la richesse et la longévité de ce secteur artisanal, industriel et artistique italien.

Les premières entreprises à fabriquer industriellement des poupées dans la péninsuledatent de la fin du XIXsiècle. Des maisons telles que Furga, Meyer Fels, Milano Bollate, Antenore, pour ne citer que les plus connues, assemblaient des poupées dont la tête en biscuit était le plus souvent importée d’Allemagne. Des porcelainiers expérimentés, tels que Bähr & Pröschield, Kühnlenz Gebruder et Recknagel Alexandrinenthal ont ainsi approvisionné le marché italien en poupées souvent méconnues, voire ignorées ou confondues avec d’autres poupées de facture 100% allemande.

JPEG - 49.1 ko
Poupée tête Kühnlenz
JPEG - 67.9 ko
Poupée Bähr & Proschild
JPEG - 46.3 ko
Poupée Furga


La génération entre les deux guerres a, sans conteste, été la plus fertile pour le marché italien de la poupée. Le "numéro 1" Lenci débuta en 1919 à Turin. Son ascension fut rapide, tout comme celle des entreprises qui s’inspirèrent de son travail. Une multitude de firmes, plus ou moins grandes, plus ou moins professionnelles, ont ainsi plagié le travail d’Elena König Scavini, la fondatrice de Lenci, en donnant vie à une ribambelle de poupées en feutre ou en tissu bourré : Alma, Margot, Messina VAT, Eros, Marazzi…

JPEG - 51.1 ko
Poupée Lenci
JPEG - 49.6 ko
Gioia, "Prosperity baby" Lenci


A la fin des années Vingt, une autre star allait briller, pendant quelques années seulement, sur le marché péninsulaire : Burgarella. Née de l’initiative d’un entrepreneur sicilien, Gaspare Burgarella, cette firme mettait en valeur le talent artistique du peintre Ferdinando Stracuzzi. Implantée à Rome, cette maison haut de gamme a créé de superbes poupées en composition aux visages très expressifs, aux corps harmonieux, parfois sexués, et aux vêtements soignés. Ces poupées rares sont, aujourd’hui, recherchées par des passionnés extrêmement avertis.

JPEG - 47.5 ko
Caractères Burgarella


La production de poupées des années Noires, de la fin des années Trente à la fin des années Quarante, témoigne de la pénurie de matières premières, de l’absence de main d’oeuvre qualifiée et d’investisseurs fortunés. Les poupées de cette génération sont rarement marquées, donc difficilement identifiables. Il faut attendre les années Cinquante pour que le secteur italien de la poupée reprenne du poil de la bête.

A cette époque, les deux seules firmes historiques qui maintenaient le cap étaient Furga, en Lombardie et Lenci au Piémont. Tandis que cette dernière était désormais passée dans les mains de la famille Garella sans trahir sa spécialité dans la poupée luxueuse en feutre, chez Furga on avait délaissé la production de poupées à tête en biscuit au profit de matières incassables : le carton bouilli et plâtré, d’abord, les matières plastiques ensuite. C’est par l’utilisation de ces dernières que le secteur industriel italien a su rebondir. De nouvelles firmes comme Sebino, Migliorati, Italo Cremona, FIBA, Effe, Gabar, Zanini & Zambelli ont contrecarré le quasi monopole de Furga, Bonomi et Giachetti dans le domaine de la poupée populaire. Lenci continuait de satisfaire une clientèle cossue avec des produits soignés qui commençaient, néanmoins, à manquer de modernité, ce qui explique leur déclin dans les décennies qui ont suivi.

JPEG - 44 ko
Poupée Giachetti


La plus ancienne matière plastique, le celluloïd, a aussi été utilisée par certains fabricants italiens. La fille de la fondatrice de Lenci, Anili, a fondé sa propre maison, homonyme, en 1946, grâce au soutien maternel. Si le feutre a continué d’être son matériau de prédilection, Anili a aussi utilisé le celluloïd en créant une gamme de poupées expressives tout aussi irrésistibles que leurs ancêtres de chez Lenci. Quelques autres entrepreneurs fabriquaient alors des baigneurs en cette matière : Francesco Bardelli, Sita e Montoli, Industria Nazionale di Celluloide, SAMCO. Ils concurrençaient la production allemande, alors très implantée sur le sol italien.

JPEG - 44.1 ko
Indien Anili


Très vite, le celluloïd fut remplacé par une matière plastique dure, le polystyrène. Galletti, Querzola, Oltolini, Monel, Ratti, pour ne citer qu’eux, l’adoptèrent en priorité, pour évoluer vers le polyéthylène et ensuite vers le PVC.

JPEG - 26 ko
Poupée Monel
JPEG - 48.2 ko


Ce deuxième après-guerre a également été marqué par l’apparition, sur le marché, de poupées à la silhouette adulte. Des industriels tels que Bonomi et Ottolini ont réalisé des poupées-mannequins bien avant l’apparition de la très célébrée Barbie américaine, d’autres suivirent leur exemple dans les années Soixante et Soixante-dix. En même temps, le duo d’artistes Golia (mari et femme) créait une irrésistible collection de silhouettes caricaturales en pièces uniques, entièrement réalisées à la main, qui ne se destinaient pas au jeu des enfants mais à la décoration de vitrines et à l’enseignement de l’histoire du costume dans des écoles professionnelles. Leur parenthèse "poupées" décoratives, commencée au sortir du deuxième conflit mondial, devait s’achever au tout début des années Soixante, lorsque le couple décida de mettre fin à leur aventure pour ne pas entrer dans une logique commerciale qui les éloignerait de leurs aspirations artistiques.

JPEG - 54.3 ko
Poupée Bonomi
JPEG - 43.3 ko
Jenny de Bonomi
JPEG - 45.2 ko
Silhouette Golia


Dès les années Soixante, le poids des industriels italiens de la poupée dans le monde fut grandissant, au point que les fabricants français et allemands en prirent ombrage. Certaines marques, comme Furga et Bonomi, avaient une telle diffusion dans les pays étrangers que les entreprises locales durent élaborer des stratégies musclées pour limiter leur progression sur leur propre sol. La qualité du "made in Italy", proposée à des prix très attrayants, faisait néanmoins de plus en plus d’émules, ici et là, ce qui explique que quelques entrepreneurs français, plutôt que de leur faire la guerre, importèrent leurs produits en devenant leurs représentants exclusifs. Ce fut le cas d’Arbois, avec Furga, Galba et Ferrario, le cas aussi de Convert avec Sebino, pour n’en évoquer que deux parmi les plus efficaces.

JPEG - 32.4 ko
Poupée Furga


La fin des années Soixante-dix venait sonner le glas de ce secteur industriel. Non seulement en Italie mais en Europe d’une façon générale. La mondialisation était en route, avec ses nouvelles logiques, ses dimensions planétaires, certes, mais fatales pour la plupart des petits et moyens entrepreneurs qui périclitèrent face à la concurrence des multinationales.

JPEG - 37.2 ko
Tonino de Furga
JPEG - 44 ko
Andrea & Poldina, Furga


JPEG - 47 ko
Poupée Ratti
JPEG - 41.1 ko
Titti berçant Cialdino de Sebino


JPEG - 31.9 ko
Poupée Italo Cremona
JPEG - 53.2 ko


Aujourd’hui, la réalité des fabricants de poupées en Italie n’est pas plus brillante qu’en France. Reste un goût certain pour la "belle" poupée, ressenti surtout par la gente collectionneuse, qui s’arrache les anciennes gloires "Made in Italy" à prix d’or et qui entreprend de mener des recherches documentaires sur les fabricants italiens, quelle que soit leur génération.

C’est dans cette mouvance nouvelle que se situe cette exposition, une opportunité de plus pour les amateurs de voir des pièces qu’ils collectionnent et pour les néophytes de découvrir une facette, somme toute assez méconnue, de ce passé pourtant si proche, dans le temps et dans l’espace.

JPEG - 48.9 ko
Poupée primée Pinocchio d’Oro


Certaines pièces présentées dans cette exposition sont proposées à la vente dès maintenant et disponibles dès le 8 janvier 2013 à la boutique du musée. Voir le blog de Samy Odin, directeur du musée


Ils en parlent :
http://www.italieaparis.net/actuali…
http://www.scoop.it/t/expositions-p…

Photos Musée de la Poupée-Paris et Jean Dalmard


Portfolio


Les archives des expositions - MUSÉE DÉFINITIVEMENT FERMÉ Poupées des années 80 Peluches et poupées de chiffon Le Pari des Poupées Stars d’Hollywood en poupées Héros de l’ORTF - la télévision française en jouets des années ’60 aux années ’80 Bécassine dévoile les Trésors de Loulotte Minuscules, l’univers ludique des poupées de poche Boules à neige Barbie Rétro Chic Poupées de mode du Second Empire ETHNIES, Poupées, reflets des Peuples Baby-boom la suite, poupées françaises 1960-1979 Poupées ’Made in Italy’, 1880-1979 Jouets de garçons Images exquises Barbie® et Ken® jouent les stars de tous les temps Ken®, 50 ans d’un modèle masculin Baby-boom poupées françaises, 1946-1959 Les poupées Le Minor Le retour du Père Noël Nouvelles icônes, des poupées Pandores aux Sybarites Maisons de poupées, l’art de la miniature Rêve ta vie avec Barbie Par amour pour les poupées Poupées et jouets : l’éveil des 5 sens Les poupées des Petites Filles Modèles Les mille et une vies de Barbie Quel spectacle ! les arts du spectacle en poupées et jouets L’Europe des 25 en poupées régionales et folkloriques Boules de poils, le meilleur de la peluche française, 1876-2006 Dodo l’enfant do : poupons et baigneurs, 1855-2005 Arts ménagers pour poupées : la vie quotidienne en miniature Les poupées de La Semaine de Suzette fêtent leurs 100 ans Les poupées Raynal : 50 ans de luxe pour petites filles Barbie raconte 5000 ans d’histoire du costume Tendres doudous : poupées et animaux en tissu Personnages de contes : hommage à la création Poupees de poche : de Mignonnette à Polly Pocket

MUSÉE DE LA POUPÉE

IMPASSE BERTHAUD
75003 PARIS
Rambuteau

courrier : 28 rue Beaubourg

01 42 72 73 11

Plan d'accès




f t G izi
+ : Contact | Presse | Liens | Plan du site |
© MUSÉE DE LA POUPÉE IMPASSE BERTHAUD 75003 PARIS Rambuteau courrier : 28 rue Beaubourg 01 42 72 73 11

Mentions légales G izi